Les différentes formes de tourisme

Ces extraits se réfèrent au livre Un autre tourisme est-il possible? de Marie Andrée Delisle et de Louis Jolin, publié par les Presses de l’Université du Québec, pour toutes les questions relatives aux différentes formes de tourisme.

Tourisme responsable

Le tourisme responsable vise une forme de tourisme qui tient compte des réalités sociopolitiques et économiques locales des destinations concernées. Ce terme est employé pour désigner les formes de tourisme qui permettent de préserver les ressources naturelles d’un territoire et qui respectent les coutumes culturelles et sociales d’une communauté. Pour le touriste, pratiquer un tourisme responsable signifie minimiser au maximum les traces qu’il laisse au cours de son séjour chez l’autre.

Tourisme solidaire

« Cette expression permet d’introduire une notion de solidarité à établir concrètement entre le visiteur et le visité .. La solidarité s’exprime, entre autres, par l’appui ou la participation des voyageurs et des voyagistes .. à un projet de développement dont la pérennité est prévue grâce à des actions solidaires qui s’inscrivent dans la durée.»

Tourisme équitable

Le tourisme équitable peut se définir globalement comme suit: payer un juste prix au fournisseur local pour assurer sa pérennité. Il suppose donc une organisation cohérente et une maîtrise de toute la chaîne de production, soit un produit jusqu’au consommateur, tout en réduisant le nombre d’intermédiaire pour faire en sorte que les bénéfices sociaux, culturels et surtout financiers soient en grande parties perçus localement et répartis équitablement au sein de la population.

Tourisme de masse

Le tourisme de masse est né de la démocratisation du voyage grâce aux congés payés, aux vols nolisés et aux voyages de groupe offerts par les voyagistes Cette démocratisation a nécessité de grandes structures de transport et d’accueil sans nécessairement que l’on se préoccupe des conséquences de la concentration spatio-temporelle qu’elle exigeait.

Tourisme volontaire

Certains voyageurs recherchent maintenant des séjours de coopération volontaire en guise de vacances. Conscients de l’inégalité des richesses et

de leur situation privilégiée, ces voyageurs coopérants tentent de cette façon de remédier un tant soit peu cet écart grandissant entre pauvres et bien nantis.» (p. 75) Ce genre de volontariat peut prendre plusieurs formes. Certains coopérants consacrent plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à un projet de développement, alors que d’autres voyageurs vont simplement participer aux tâches quotidiennes du village où ils séjournent.

Tourisme communautaire

Ce type de tourisme renforce « … le sentiment d’appartenance et de fierté chez les résidants, grâce à une meilleure reconnaissance de leurs richesses patrimoniales, à une réappropriation de leurs racines culturelles et environnementales, ainsi qu’à l’apport de revenus nouveaux pour maintenir ou pour améliorer leurs atouts culturels et naturels de même que leurs conditions générales de vie.» L’aspect fondamental du tourisme communautaire demeure la prise en charge par la communauté de la gestion de l’offre touristique.

Écotourisme

L’écotourisme est généralement défini « … comme une forme de voyage, de comportement ou de développement responsable dans des espaces naturels, contribuant à la protection et à la préservation de l’environnement naturel» De plus, l’écotourisme doit favoriser les écosystèmes fragiles en procurant aux communautés d’accueil les revenus nécessaires pour protéger leurs ressources naturelles.

Agrotourisme

« Cette expression – on dit aussi agritourisme – désigne une forme de tourisme rural, généralement constituée d~ visites et d’activités qui s’effectuent dans un environnement agricole et sont animées par des agriculteurs et autres travailleurs du terroir» Les objectifs de ce genre de tourisme peuvent être de faire connaître les activités et les produits de la ferme, ainsi que de créer un revenu d’appoint pour l’agriculteur qui travaille souvent dans des conditions précaires (sécheresse, baisse de prix, etc.) L’agrotourisme est fréquemment associé à la culture biologique

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *