Martinique : focus sur les spécialités gastronomiques de l’Île

Le lambi, l’incontournable

Le lambi, c’est ce gros coquillage que l’on voit un peu partout aux Antilles, jusqu’aux ornements dans les cimetières. Avec sa robe rosée blanche et ses parois nacrés, il héberge un mollusque marin très apprécié sur les tables martiniquaises. Sa chair délicate est cuisinée de différentes façons : grillée en brochette, on le consomme aussi en fricassée. Attention ! Sa pêche est très encadrée et soyons vigilant à ne pas en acheter frais en dehors des périodes autorisées (de début octobre à fin janvier).

Le féroce d’avocat

 

Avec un nom aussi violent, difficile d’imaginer quel délice se cache derrière le féroce d’avocat. Et pourtant ! Cette spécialité à base de piment, de morue salée et de jus de citron (entre autres) faisait partie du petit-déjeuner des travailleurs agricoles. Aujourd’hui, on déguste le féroce à toute occasion, et c’est un plat qui s’associe très bien avec un cocktail à base de rhum agricole ou en entrée. Vous pouvez trouver la recette du féroce chez Tatie Maryse.

Le Colombo, les épices indiennes à l’honneur

 

Le colombo, c’est un mélange d’épices indiennes qui a donné son nom au plat. Composé de curcuma, de coriandre et de moutarde en graines, de poivre et de piment, la poudre se marie parfaitement avec plusieurs sortes de viande qui est marinée avec : poulet, porc, cabri… Mais elle accompagne très bien aussi les crevettes ou le crabe. Servi avec un riz basmati, c’est un plat mitonné qu’on pourra préparer à l’avance, et déguster en se rappelant ses dernières vacances à Sainte-Luce ou à Saint-Pierre !

Les fricassées, originales et savoureuses

De chatou (poulpe), de poulet, de zabitan (grosses écrevisses), on mange des fricassées de tout ! Peu consommé en Métropole, le cabri (chevreau) est une spécialité antillaise. Proche de l’agneau, il a une chair un peu plus ferme, et un goût plus fort. On le déguste en ragoût, ce qui a l’avantage d’attendrir la viande. La fricassée peut s’accompagner de bananes plantin, de patates douces ou de riz et de haricots rouges. C’est un plat simple et savoureux, comme beaucoup de préparations mijotées lentement. On peut y ajouter de la coriandre ou du persil au moment de servir.

Le Vivaneau, l’invité de marque

C’est LE poisson star de la Martinique. Mariné pendant des heures dans du citron vert, de l’ail, du bois d’Inde, des “oignons péyi”, du piment… Il supporte très bien la cuisson au barbecue, et se marie à la perfection avec la fameuse “sauce chien”. C’est un véritable incontournable si vous allez séjourner quelques jours en Martinique, et ce serait dommage de passer à côté tant il est difficile à trouver en métropole. Et de toutes façons, il n’aurait pas la même saveur !

Bien entendu, ces cinq spécialités ne sont qu’une infime partie de l’immense patrimoine gastronomique martiniquais. En tout cas, c’est une bonne piste pour entamer vos dégustations sur place, et l’occasion de rapporter de nouveaux souvenirs de votre voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *