Visiter Oslo : Notre guide touristique

Majestueuse, pure et sauvage, la Norvège est synonyme de liberté, de qualité de vie, de niveau d’instruction élevé et de contact direct avec la nature. Il en est de même pour Oslo, qui fascine par l’architecture moderne de son Opéra, les superbes collections de peintres nordiques conservées dans ses musées – notamment celui consacré à Munch – et ses beaux parcs urbains. Vous quittez la capitale en train pour rejoindre Flâm sur la voie ferrée mythique qui s’enfonce dans le Hardangervidda, le haut plateau le plus élevé d’Europe (1222 m d’altitude), entre des forêts de conifères battus par le vent et des lacs couverts de neige. Prenez ensuite le bateau en direction de Bergen, l’ancienne capitale, au cœur de paysages naturels d’une incroyable beauté et où une lumière unique nimbe les maisons colorées du vieux quai de Bryggen.

Oslo, une ville internationale

Dans cette ville internationale, bien des sites touristiques ont su conserver l’atmosphère d’un petit bourg maritime : le quartier hanséatique, le marché aux poissons et le Fleibanen, funiculaire conduisant au sommet d’une colline d’où le panorama s’étend sur les montagnes, les fjords et la mer. Aux portes de la ville, à Troldhaugen, sur les rives du lac Nordâs, la petite maison d’Bdvard Grieg (1843-1907) abrite aujourd’hui un musée qui rassemble de nombreux souvenirs du plus célèbre compositeur norvégien. Les lieux sont restés tels que Grieg les a laissés à sa mort. La salle de concerts inaugurée en 1985 accueille souvent des concerts de musique classique et de chambre. De là, vous pouvez poursuivre le voyage en direction du Hardangerfjord, à la découverte de la beauté mystérieuse du Sud.

Se déplacer : Eaeroport international de Gardennoen est situé à 50 km environ au nord d’Oslo. Vous gagnerez en une vingtaine de minutes la gare ferroviaire de la capitale à bord du Flytoget, un train express qui circule toutes les dix minutes. Oslo se parcourt aisément à pied ou grâce au réseau dense de transports publics (www.trafikanten.no) associant métro, tramways, bus et bateaux, comme celui qui dessert en dix minutes de traversée les musées du Folklore et des Bateaux vikings (embarquement au quai de l’Aker Brygge). Pour rejoindre Bergen depuis la capitale, prenez le train (www.nsb.no) jusqu’à Myrdal, puis une correspondance avec la Flàmsbana, la voie ferrée panoramique qui relie Myrdal à Plam (comptez six heures pour le trajet Cslo-Plàm).

De là, des bateaux rejoignent Bergen le long du Sognefjord en cinq heures et dix minutes (www.fjord1.no/en). Il est conseillé d’effectuer le voyage en deux jours, en passant la nuit à Plârn. À Bergen, vous pouvez louer une voiture (Avis, Lars Hillesgt 20, tél. : 00475.5553955) pour rejoindre Stavanger (178 km sur l’E39) puis, après une heure de route environ sur la RV 13, le belvédère du Preikestolen (la Chaire). Sur ce type de routes, la vitesse moyenne est en effet de 60- 70 km/h. Rappelons que la Norvège applique une tolérance zéro sur l’alcool au volant. Si vous souhaitez prolonger vos vacances sur leHurtigruten (www.hurtigruten.fr), l’Express côtier des jorâs, il vaut mieux réserver à l’avance. N’hésitez pas à acheter l’Oslo Pass et la Bergen Carâ, qui donnent droit à des réductions dans les musées et les transports; le Fjord Pass, lui, accorde diverses remises dans toute la région des fjords, notamment dans les hôtels et certains musées (www.fjord-pass.com).

Visiter Oslo en 2 jours

Logée dans un fjord profond et entourée de collines boisées, Oslo, qui ne compte que 600 000 habitants, est l’une des capitales les plus vertes du monde. Elle est désormais symbolisée par son nouvel Opéra imposant édifice de marbre blanc évoquant un bloc de glace immaculé, dessiné par le cabinet d’architectes Snoherta. Achevé en 2008, il se dresse dans la baie de Bjervika, non loin du port et de l’hôtel de ville en brique inauguré en 1950 et à deux pas de la Bourse et de la gare centrale. Nouveau lieu phare de la ville, !’Opéra d’Oslo se distingue non seulement par sa riche programmation de concerts de musique classique ou moderne, de ballets et d’opéras, mais aussi par son intérieur.

Un peu plus au nord, Karl ohans Gate, le « salon de la ville», sépare le centre historique d’est en ouest jusqu’au Palais royal. C’est également dans ce quartier que se dresse la cathédrale d’Oslo, consacrée en 1697, avec sa chaire et son autel du XVIIe siècle sculptés de feuilles d’acanthe, et ses splendides vitraux réalisés par Emanuel Vigeland au début du xx » siècle. Un peu plus loin, la Galerie nationale abrite la plus grande collection norvégienne de chefs-d’œuvre du romantisme et du réalisme nordiques, qui charment par leurs jeux de lumière et la vérité de leurs paysages. S’il fallait n’en citer qu’un, ce serait le tableau du peintre néoromantique Harald Sohlberg (1869-1935), Nuit d’hiver à Rondane.

Pour retrouver un peu de légèreté et d’insouciance, une promenade s’impose dans le Progner Park, le plus grand parc du centre-ville. Le célèbre sculpteur norvégien Gustav vigeland (1869-1943) y a représenté le cycle de l’existence humaine par des statues d’enfants, de couples et de vieillards: 212 œuvres de bronze, granit et fer forgé, particulièrement évocatrices au coucher du soleil. La forteresse médiévale del’Akershus, qui se nimbe de couleurs chaudes au crépuscule, date de 1299. Elle apparaît aujourd’hui sous les traits Renaissance qui lui furent donnés durant le règne de Christian IV. Vous rejoindrez en bac le musée du Folklore, qui rassemble plus de 150 constructions en bois provenant des différentes régions de Norvège et une étonnante collection d’outils et de costumes. Tout à côté, le Vikingskipshuset (musée des Bateaux vikings) expose des drakkars retrouvés dans trois grands tumuli près du fjord d’Oslo et qui étaient censés accompagner les souverains vers le royaume des morts. Un ascenseur à crémaillère conduit au belvédère et au tremplin de saut de Holmenkollen, surprenante merveille d’architecture moderne et musée sur l’histoire du ski, d’où l’on contemple la ville, le fjord et la mer à l’horizon. Détail insolite: un simulateur permet à tous, y compris les non-sportifs, d’éprouver la sensation du saut à ski.

Oslo-Bergen et le Sognefjord

Si la liaison aérienne ne dure qu’une heure, contre 14 en train et bateau, elle ne peut rivaliser avec les panoramas qu’offre le périple Oslo-Bergen via Flâm. On laisse derrière soi la capitale pour plonger dans un paysage de montagnes couvertes de conifères et ponctuées de lacs aux eaux immobiles où se reflète la course céleste des nuages.

La voie ferrée gravit des pentes parsemées de fermes, de maisons rouge brique et, sur le dernier tronçon, de quelques chalets, avant d’atteindre Finse, à 1 222 m d’altitude. Vous parcourez ensuite des paysages de montagnes dénudées jusqu’à l’arrêt suivant (Myrdal), où vous changez de train pour prendre la Flàmsbana, la ligne de chemin de fer panoramique qui conduit à Plàm, tout près des fjords classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Cette partie du trajet de seulement 20 km de long et 865 m de dénivelé traverse une nature splendide : sommets enneigés, ravins, cascades, dont celles de Kjosfossen et Rjoanefossen. La Flâmsbana, prouesse d’ingénierie, emprunte 20 tunnels et affronte une déclivité impressionnante, sans même avoir de crémaillère.

Si vous arrivez à la tombée du jour, vous apprécierez encore davantage le voyage en train, moins pris d’assaut par les touristes. Passez la soirée dans le petit village de Plàm, et le lendemain, après avoir acheté quelques souvenirs dans le minuscule port, vous embarquez pour le Sognefjord, le fjord le plus long d’Europe (204 km de longueur pour 1308 m de profondeur). Le bateau effleure des montagnes qui paraissent se toucher, ponctuées de villages bien conservés, de cascades qui plongent dans la mer et couvertes d’une végétation encore plus luxuriante à l’approche de Bergen.

Visiter Bergen

Enserrée au creux de sept montagnes (son nom signifie « pré entre les montagnes »), Bergen est un centre de pêche dynamique dans le sud de la côte atlantique du pays. Capitale de la Norvège jusqu’en 1299, elle fut aussi, à partir de 1360 et pendant près de quatre siècles, l’un des principaux comptoirs de la Ligue hanséatique. Les marchands de la Hanse avaient investi une zone séparée de la ville, le Bryggen, où leurs épouses les rejoignaient par bateau au printemps, avant de repartir à la fin de la belle saison.

Ce quartier situé le long du vieux port, avec ses constructions en bois aux façades colorées sur lesquelles se détache le nom des anciennes maisons de commerce, est demeuré l’endroit le plus caractéristique de Bergen et figure sur la liste du patrimoine mondial de !’Unesco. L’édifice le mieux conservé abrite le Musée hanséatique illustre les activités de la Ligue. Les amateurs de soupe de poisson ne manqueront pas le marché en plein air qui se tient tout près, sur Torget, En se promenant entre les étals, on peut goûter gratuitement au moins trois sortes de saumon et déguster écrevisses, langoustines, crevettes, crabes géants et autres spécialités locales, servies sitôt cuisinées, à accompagner d’une bonne bière. Sur le vieux port du Vâgen, tout à côté, s’élève une forteresse, dont la salle du roi Hakon est considérée comme le joyau du gothique médiéval scandinave.

Deux églises du quartier sont à visiter, la Mariakirken, romano-normande, et la Korskirken, qui accueille régulièrement des concerts ouverts au public. Face au lac Lille Lungegàrd, ne manquez pas le Kunstmuseum, qui abrite 200 œuvres de peintres norvégiens et étrangers de la Renaissance à nos jours et organise régulièrement des expositions de peinture. Les mélomanes apprécieront les salles consacrées aux compositeurs Edvar Grieg et Harald Saeverud et au violoniste Oie Bull. Vous pouvez ensuite flâner devant les beaux magasins de Kong Oscar Gate, faire une pause dans les cafés chics de Skostredet ou musarder devant les vitrines des antiquaires de I’Ovregaten. Il faut absolument prendre le funiculaire qui conduit au sommet de la colline de Fleien, où le panorama embrasse tout le golfe de Vàgen et le Byfjord. Si vous souhaitez prolonger votre voyage, prenez l’Express côtier, le Hurtigruten, qui relie en six jours Bergen à Kirkenes, dans l’extrême nord de la Norvège, en s’enfonçant dans les fjords, ces longs et spectaculaires couloirs d’eau percés dans l’intérieur des terres par l’érosion glaciaire, qui constituaient autrefois les principales voies d’accès au pays. Le Sognefjord est par sa longueur le premier fjord de Norvège et le deuxième du monde. Le parcourir, c’est découvrir des petits villages de pêcheurs et des paysages à couper le souffle. Vous pouvez aussi effectuer un trajet plus court – en réservant votre place au préalable – vers le Geirangerfjord, bras spectaculaire du Storfjord. Vous y frôlerez des parois rocheuses que dévalent des cascades, comme les célèbres « Sept Sœurs », dont la chute vaporise un délicat voile d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *